Suivre

Bon, c'est pas le meilleur horaire pour lancer le thread sur les langues du , mais si je ne le fais pas un soir, je le ferai jamais 😅

Allez zou. Vogue la pirogue. (1/x)

Commençons par planter le décor. Le Vanuatu est un petit archipel du Pacifique Sud, situé au nord-est de la Nouvelle-Calédonie, elle-même au nord-est de l’Australie. La population est dans une très large majorité mélanésienne, même si on trouve aussi sur le territoire : des Polynésiens, des Européens, des Néo-Zélandais et Australiens, des Asiatiques (essentiellement Chinois et Vietnamiens). (2/x)

Les langues du Vanuatu, et en fait les langues de toute l’Océanie (sauf les langues dites « papoues » de Nouvelle-Guinée et les langues australiennes) sont toutes de la même famille, issues d’une langue unique qu’on nomme le proto-océanien. On n’a pas d’attestations écrites de cette langue (on infère ses caractéristiques à partir des langues océaniennes actuelles). Toutes les langues océaniennes sont des langues à traditions orales. (3/x)

Je reviens au Vanuatu. On estime actuellement la population à 300 00 personnes environ (le dernier recensement date de 2009, c’est une projection). La population augmente assez rapidement.Le nombre de langues vernaculaires (=langues locales parlées dans les communautés) recensées… augmente régulièrement aussi ! Quand j’ai commencé à bosser au Vanuatu, en 2007, on disait « 115 langues vernaculaires ». Au dernier décompte, on en est à 138, je crois. (4/x)

Ce n’est pas que des langues se créent à vitesse grand V, mais simplement que les linguistes défrichent peu à peu le terrain (on va pas très vite 😅 ). Des estimations faites un peu à la louche dans le passé par différentes personnes (y compris des linguistes passé·e·s en coup de vent dans telle ou telle île, tel ou tel village) sont régulièrement affinées lorsqu’un ou une linguiste s’attaque sérieusement à un terrain donné. (5/x)

Et il n’est pas rare que ce qu’on prenait au départ pour deux ou trois dialectes d’une même langue s’avère être en fait deux ou trois langues différentes.

En fait, il y a un problème derrière cette histoire de dialecte et de langue. Un dialecte, en gros, c’est une variété géographique d’une langue (les linguistes n’aiment en général pas parler de « patois », terme connoté super négativement historiquement). (6/x)

Mais déterminer si on a affaire à deux langues ou deux dialectes, c’est… compliqué. Il n’y a pas de critère parfait. On pourra y revenir à l’occas si ça vous intéresse :)

Pour l’instant, pour faire simple, on va dire que : ça dépend pas mal de l’appréciation du linguiste, qui tient également compte bien sûr du ressenti des locuteurs. (Si les gens ont le sentiment de parler une variété complètement différente des voisins... on peut en tenir compte) (7/x)

Bref. 138 langues vernaculaires pour 300 000 personnes. Pour vous représenter, 300 000 personnes, c’est la population de Montpellier, à peu près. Imaginez que la population de Montpellier parle nativement 138 langues.
Sans compter les langues de colonisation, ni les langues d’immigration.

Le Vanuatu est le pays de plus grande densité linguistique au monde (la densité linguistique étant le rapport entre nombre de langues et nombre d’habitants). (8/x)

Ça veut dire évidemment que ces langues sont toutes des petites ou très petites langues (en nombre de locuteurs). La langue la plus parlée (le lenakel) a environ 11 000 locuteurs. Les moins parlées ont… quelques locuteurs. Un truc qu’il faut savoir cependant, c’est qu’une langue peut-être parlée par assez peu de locuteurs et être encore en relativement « bonne forme ». Ce qui est important, c’est que les gens parlent la langue au quotidien, en particulier à leurs enfants. (9/x)

La langue sur laquelle j’ai fait ma thèse, par exemple, était à l'époque parlée par environ 500 personnes (sans doute un peu plus maintenant), et elle n’est pas menacée à très court terme. On ne peut pas faire de pronostics, et évidemment, ces langues seront plus vite fragilisées qu’une langue parlée par 70 millions de gens. Mais tant que les gens parlent leur langue à leurs enfants : y a de l’espoir. (Parlez vos langues à vos enfants, les gens) (10/x)

Désolée, j'ai eu un problème d'ordi..

Bon mais du coup, elles se répartissent comment, ces langues ? Ben je vous mets une carte, vous pourrez vous faire une idée (Merci à B. Touati pour le boulot!)). Comme vous pouvez le voir, certaines îles comptent des dizaines de langues, alors que sur d’autres, on peut ne trouver qu’une, deux ou trois langues. Toutes les langues apparaissant sur cette carte sont des langues océaniennes. (11/x)

Petit point intéressant : on trouve parmi elles trois langues polynésiennes (le mele-fila, le emae, et le futuna-aniwa, 122, 127, 138), qui font partie de ce qu’on appelle les exclaves (ou « outliers » en anglais) polynésiennes. Ce sont des communautés polynésiennes qui sont « revenues » vers l’ouest après avoir conquis la partie est du Pacifique, et se sont installées en Mélanésie et en Micronésie (à côté d’autres populations océaniennes, donc. Des cousins, mais très éloignés.) (12/x)

Quelques infos sur l'aspect social de la chose... Petites communautés, ça veut dire, assez fatalement, que c'est pas évident de se marier uniquement dans la communauté (puis le système de parenté océanien est tellement galère que : laisse tomber, des fois y a pas un individu en âge d'être épousable que t'as le droit d'épouser dans le village, sans même parler de le trouver à ton goût. Ça aussi je pourrai vous raconter un jour, parce que c'est assez fantastique). (13/X)

Donc --> les gens se marient régulièrement avec quelqu'un d'un autre village, et souvent, d'une autre communauté linguistique. Par ailleurs, il y a des histoires de terres parfois assez complexes, qui font que les gens peuvent être amenés à bouger d'une île à l'autre.

Le résultat est que les gens parlent souvent plus d'une langue vernaculaire, sans aucun problème.

Au passage, un slogan que j'aime bien: Monolingualism is curable 😋 (le monolinguisme, ça se soigne !) (14/x)

Ok, tout ça, c'est la situation actuelle des langues vernaculaires, et on peut imaginer que c'est relativement proche de ce qui se fait depuis des millénaires dans le coin (le peuplement du Vanuatu, c'est il y a environ 3500 ans..).

Le truc c'est que... la colonisation est passée par là. Je vais pas vous faire l'historique de la chose parce qu'il est déjà tard, mais pour aller vite: le Vanuatu est un pays qui a une quarantaine d'année. (15/x)

Avant ça, le gros de son territoire correspondait à ce qu'on appelait "les Nouvelles-Hébrides", et il s'agissait d'un condominium franco-anglais, c'est à dire d'un territoire administré conjointement par la France et l'Angleterre. L'indépendance date de 1980.

Ça a laissé des traces, sur le plan linguistique (sur les autres plans aussi, évidemment, hein), notamment en ce qui concerne l'éducation des ni-Vanuatu (c'est le nom des habitants du pays) (16/x)

En gros, les zones qui étaient gérées par les français (souvent autour de missions catholiques) ont gardé un enseignement en français (les écoles sont TOUJOURS liées à des églises au Vanuatu), et les zones gérées par des anglais (avec des missions presbytériennes, mais y aussi des anglicans) ont gardé un enseignement en anglais.

La constitution du pays annonce trois langues officielles: l'anglais, le français, et le bichelamar (ou bislama, dont je ne vous ai pas encore parlé...). (17/x)

Les dirigeants du pays se posent régulièrement la question de l'enseignement en langue vernaculaire mais: c'est un casse-tête logistique sans nom, pour plein de raisons, et à peu près impossible à mettre en place dans le contexte linguistique actuel... (il faudrait repenser tous les cursus, produire des manuels alors que les langues sont loin d'être toutes décrites ni normalisées orthographiquement, il faudrait des instits dans chaque langue pour chaque niveau, etc, etc...) (18/x)

Voilà.

Et par dessus tout ça, les 138 langues, les deux langues de colonisation, le multilinguisme, il faut rajouter: le bislama (ou bichelamar).

Il s'agit d'une langue de contact, qu'on peut sans doute décrire comme un pidgin en voie de créolisation. Il est né (enfin sa dernière naissance, disons..) dans les plantations du Queensland pendant la période du Blackbirding (fr.wikipedia.org/wiki/Blackbir).

(19/x)

Les travailleurs mélanésiens qui ont pu rentrer chez eux après la fin du blackbirding l'ont ramené avec eux sur le territoire du Vanuatu (et ailleurs en Mélanésie, où il a ensuite évolué différemment), et... son usage s'est répandu.

Il est aujourd'hui la seule langue dont on peut considérer qu'elle est parlée sur la quasi totalité du territoire (même si on peut trouver des gens qui ne le parle pas, ou pas très bien). Et il sert de langue véhiculaire entre les différentes communautés (20/x)

Plus récents

@AgnesHenri
Oui, "Amour, Gloire et Beauté" à Vanuatu... 😅
Plus sérieusement, ce serait vraiment intéressant de nous conter les interactions sociales dans ce fatras d'îles et de langues ! (et peut-être des traditions hyper-locales ?)

@onoxyne j'essaierai oui! après, je ne suis pas anthropologue, je parlerai juste de ce que je vois et comprends de mes expériences de terrain...

@AgnesHenri
Pas de pression...!
Déjà le partage de l'expert est intéressante pour une majorité qui je l'imagine ne connaît ses îles que lors de l'évocation du réchauffement climatique !

@AgnesHenri À Madagascar j'avais suivi (sans être linguiste) un séminaire de linguistes sud-africains : ils soulignaient la parenté entre les langues polynésiennes (austronésiennes) et le malgache. Seraient-elles aussi apparentées aux langues mélanésiennes ?

@lbloch oui, lointainement. Les langues océaniennes (donc de Polynésie, de Micronésie et de Mélanésie, même si ce dernier terme est un peu problématique) sont une sous branche des langues austronésiennes. Le malgache est également une langue austronésienne (mais non océanienne).

Comme le sont les langues aborigènes de Taiwan, les langues des Philippines, les langues d'Indonésie... C'est une très grande famille :)

@AgnesHenri Merci ! Ce séminaire réunissait des généticiens (ce que je ne suis pas non plus) et des linguistes. Le capital génétique des gens du centre de Madagascar ressemble à celui des Polynésiens, mais leur langue à celle d'un coin de Bornéo. Disaient-ils (ça a pu changer...).

@lbloch Pour la génétique, je ne suis pas spécialiste, mais côté linguistique, oui c'est ça.

@AgnesHenri Ces Polynésiens, ou Indonésiens, quels navigateurs ! Avant d'aller peupler Madagascar (dépourvu d'humains avant eux), ils ont semé la terreur au sud de l'Arabie, mais n'ont pas dû trouver le climat à leur goût...

@AgnesHenri Merci pour ce fil instructif. Il y a quelques années j'avais fait pas mal de petites contributions sur le Wikipédia en bislama, qui compte à ce jour 1400 articles.
Je constate qu'il est assez peu actif, avec très peu de contributeurs réguliers et encore moins de natifs de la langue (et ça ne risque pas trop de changer dans l'immédiat).
bi.wikipedia.org/wiki/Nambawan

@bibliofab66 Ah be yu save bislama, tru? Gud blong faenem wan man ples long ples ia :)

Non je pense que la plupart des ni-Van qui sont en ligne sont encore bien bien loin de s'intéresser à ce genre d'usages... Mais il ne faut pas désespérer... Ca viendra :)

@AgnesHenri Non, non, je n'ai qu'une connaissance très floue du bislama, mais comme un certain nombre de wikipédiens, je cherche toujours à donner un coup de main aux langues de Wikipédia avec peu de contributeurs et en bricolant on y arrive assez facilement (près d'une centaine de langues à ce jour pour ma part).
Mais en effet on ne désespère pas et peu d'activité est toujours mieux que pas du tout !

@AgnesHenri en effet, je suis intriguée par les critères possibles qui différencient dialecte et langue, si un jour vous avez le temps...

@AgnesHenri Thread super intéressant, merci beaucoup ! 👏

@AgnesHenri Ah mais génial une linguiste spécialiste du Vanuatu sur Mastodon ! On a hâte d'avoir la suite

@AgnesHenri ah y'est, la suite est prête ? On attend nous autres !

@franckpaul ça fait 15 ans que tu attends, t'es pas à deux heures près ? 😅 (y avait repas et sieste. Maintenant y a goûter. On est en mode Rantanplan, ici)

@AgnesHenri très intéressant. Merci d'avoir pris le temps de ce long fil.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Mastodon -- Sciences.Re

Sciences.Re souhaite offrir un espace de partage, de collaboration et de discussion en ligne pour la communauté scientifique, académique, éducative francophone. Elle est sans coloration thématique: nous accueillions les sciences exactes et expérimentales, les sciences humaines et sociales, …